Parlez-moi de bonheur

Son livre « Mon projet bonheur » est un programme en douze semaines pour rêver, croire, oser, agir, s’émerveiller, aimer la vie et plus encore. L’animatrice, auteure et conférencière Christine Michaud a complété un certificat en psychologie positive avec l’éminent professeur du bonheur à Harvard, Tal Ben-Shahar. Cette femme, fascinée par l’être humain et le mieux-être, était la bonne personne pour nous parler de bonheur.

Quel est le premier facteur du bonheur?

C’est les relations qu’on entretient avec les autres. C’est la conclusion d’une étude de Harvard, l’une des plus longues études en psychologie, sortie en 2015. Cela fait 75 ans qu’on étudie un groupe de personnes. Chaque année, on leur fait passer des tests psychologiques et médicaux. La question qu’on se posait c’est : qu’est-ce qui fait qu’on a une belle vie? Il y a 75 ans, on pensait que c’était le succès, la richesse, la reconnaissance… Avec les résultats qui sont sortis en 2015, on a appris que, ce qui revient tout le temps chez les personnes de l’étude, ce qui a tendance à les rendre le plus heureuses et ce qui leur apporte le plus de bien-être dans leur vie, ce sont les relations qu’elles entretiennent avec les autres.

Aujourd’hui, on a un défi avec les nouvelles technologies. On est très connecté technologiquement et, des fois, ça nous déconnecte humainement. Je pense par contre que l’un peut servir l’autre. J’ai l’impression que, si l’on utilise les médias sociaux et les textos pour distribuer plus d’amour, de compassion et pour cultiver les liens avec les autres, ça peut être positif.

Est-ce que c’est possible de changer notre vie pour être plus heureux?

On peut pratiquement tout changer. Quand j’ai fait mes études en psychologie positive avec l’éminent professeur du bonheur Tal Ben-Shahar, de toutes les recherches qu’on nous a présentées, celle dont je vais vous parler est la plus intéressante. Enfin, on a la preuve qu’on n’est pas des victimes et que peu importe ce qu’on a eu, ce qu’on a vécu et d’où l’on vient, on a du pouvoir sur notre vie et on peut changer les choses. La recherche porte sur les constituants du bonheur : c’est à 50 % notre génétique, c’est à 10 % nos circonstances de vie (endroit où l’on habite, emploi, salaire…) et ce sont à 40 % nos activités volontaires (ce qu’on fait pour être bien et heureux). Donc tout dépend des habitudes qu’on va décider de prendre et d’entretenir, des gestes qu’on va poser, des pensées qu’on va cultiver. Tout cela peut jouer sur notre niveau de bonheur. Plus que ça : on peut transformer notre vie.

J’en suis l’exemple vivant. J’étais partie toute croche. Je ne me connaissais pas, je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie, je n’étais pas très positive et j’étais plutôt victime. Avec le temps, j’ai étudié et j’ai mis des choses en action. C’est ça, la différence. Je me suis mise en action et je n’ai pas attendu que le bonheur vienne cogner à ma porte. Je suis allée à sa rencontre. Le principe de mon livre Mon projet bonheur est vraiment en lien avec cette étude. J’ai fait un programme sur douze semaines et douze thématiques différentes de psychologie positive, avec, pour chaque thématique, une mise en action.

Pourquoi la gratitude est-elle si importante?

En psychologie positive, on a découvert qu’il y a dix émotions positives qui sont plus puissantes, dont la gratitude. Je pense que cette émotion est quand même facile à entretenir. On se rend rapidement compte qu’elle fait du bien.

L’exercice le plus simple et le plus concret, c’est de penser, le soir quand on se couche, à entre trois et cinq moments de gratitude vécus dans notre journée. Ça peut être des petites choses toutes simples, comme ça peut être plus grandiose. Ça peut être d’avoir vu un petit oiseau qu’on a trouvé mignon, d’avoir reçu un cadeau, que quelqu’un nous ait fait un beau sourire sur la rue, quelque chose qu’on a mangé… Peu importe, pourvu que ça nous donne le goût de dire merci.

Quand on fait ça le soir, ça influe sur notre niveau de bonheur. Ça nous permet de prendre conscience à quel point notre vie est plus riche qu’on le croit. Ça donne du sens à notre vie et ça fait travailler notre mémoire. Dans les jours qui suivront le début de cet exercice, les gens vont devenir plus attentifs. On remarque que souvent les gens vont remercier davantage pour des choses qui sont reliées aux autres. Ça corrobore le fait que le premier facteur du bonheur est les relations qu’on entretient.

Christine Michaud

Originaire de Québec, Christine détient un baccalauréat en Droit à l’Université Laval. Depuis les 17 dernières années, elle a été chroniqueuse littéraire dans différentes émissions dont 11 ans à la très populaire émission de télévision matinale Salut Bonjour Week-end sur les ondes de TVA et 5 ans sur les ondes de Rythme FM avec Véronique Cloutier. Pendant plus de 4 ans, elle a animé Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux et elle co-anime maintenant Ma liste à moi, toujours sur les ondes de TVA.

Auteure des best-sellers C’est beau la vie, Encore plus belle, la vie!, Sexy Zen et Happy et Le Miracle, Christine a également publié le Petit cahier d’exercices pour attirer à soi bonheur et réussite, ainsi que le Petit cahier d’exercices pour être sexy, zen et happy dont les droits ont été vendus dans plusieurs pays à travers le monde.

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous avez aimé cet article?

Abonnez-vous à notre infolettre et restez informé des dernières publications ajoutées.