Noël sans vous!

Noël est une période charnière dans l’année. Tout est sujet à festivités, rencontres et famille. Les sentiments y sont toutefois exacerbés; les bons comme les moins glorieux.

J’ai le grand privilège d’avoir pu devenir partie intégrante d’une famille tricotée serrée. L’avantage est que les mailles sont proches et se soutiennent en tout. Par le fait même, le vide laissé par une maille manquante est encore plus béant.

Noël depuis ma tendre enfance a toujours été synonyme de liens solides, de clan. Je suis ravie qu’il en ait toujours été de même chez mon mari. Cette année sera spéciale. Des naissances importantes ont eu lieu, mais un deuil prendra une grande place dans les préparatifs d’une occasion qui se veut joyeuse. Il faut essayer de s’inventer une nouvelle manière de fêter Noël. Nous gardons à l’esprit que les enfants, la famille et les proches sont au cœur de l’événement.

Intégrer Noël très tôt dans l’année fait partie des coutumes depuis longtemps. À cause du commerce qui vend des couronnes, sapins et autres ornements, tout le monde sentait le sapin à partir du 25 novembre. C’était le sprint jusqu’au 24 décembre avec des horaires impossibles. Par on ne sait quel miracle, il y avait un festin et une maison décorée le 25 au soir! À nos yeux, trop de cadeaux, trop de nourriture, mais ça la gâtait davantage elle-même sa mission de rendre les gens heureux autour d’elle.

Il nous reste le patriarche qui aime sa famille plus que lui-même et n’hésite pas une seconde à nous le démontrer.

Il nous reste notre amour à toute épreuve.

Il nous reste nos enfants de qui elle était si éprise et notre avenir…

On les continuera les traditions de sapin de 17 pieds dans le salon ou la dinde de 52 livres pour 5 personnes. Vous allez rire de là-haut en sachant que, finalement, vous l’avez eu le dernier mot!

Merci Belle-Maman xx

Marie-Élaine Charron

No Comments Yet

Comments are closed