Party en mode écolo

Exit les verres de styromousse, les ustensiles jetables, les ballons et les petites crèmettes… On reçoit la famille et les amis en faisant sa part pour la planète.

« Ce que je remarque dans les événements de ce type-là, c’est qu’on se dit c’est juste une fois et on achète des trucs qui vont être jetés. On doit tous se responsabiliser et se poser la question, chaque fois : est-ce que l’on peut réduire à la source? », lance Caroline Voyer, directrice du Conseil québécois des événements écoresponsables.

Parfois, on fait des choix en pensant bien faire. La vaisselle compostable en est un bon exemple. En effet, durant la production de la vaisselle, il y a un impact environnemental, mais aussi lorsqu’elle va se décomposer dans le site d’enfouissement, car cela va faire du méthane, un gaz à effet de serre très puissant. L’idée est bonne, seulement si l’on a du compostage à la maison fait dans un système industriel offert par la Ville.

Comme l’un des principes de base en développement durable, c’est l’amélioration continue, il vaut mieux commencer par un ou deux gestes que ne rien faire. « Être responsable, c’est d’abord soi-même poser les gestes qu’on peut poser », ajoute Caroline Voyer.

Caroline Voyer explique

Qu’est-ce qu’un événement écoresponsable?

C’est toute la notion de développement durable. Ce n’est pas juste qu’un événement soit plus environnemental, c’est aussi augmenter les répercussions positives sociales ou économiques dans la communauté. Il y a aussi toutes les notions d’environnement. Ce que l’on voit le plus, c’est au niveau de la production de déchets, afin de les réduire et de mieux les gérer. Comme on se rend compte qu’une grande partie de l’empreinte de l’événement, c’est les déplacements, on va essayer de les diminuer ou de se déplacer de façon plus responsable et de compenser l’empreinte qui va rester.

Pourquoi choisir la formule écoresponsable?

C’est en lien avec les valeurs des organisations, mais surtout des individus. On dit que les bottines doivent suivre les babines. Si une organisation fait un événement qui n’est pas géré de manière écoresponsable, on peut croire que l’ensemble de l’organisation n’a pas ces valeurs-là. Cela amène une image négative. L’un des leviers, c’est le public qui est sensibilisé et qui trouve que ce qu’on voyait il y a vingt ans, ça n’a plus de bon sens. L’autre levier, ce sont les commanditaires qui sensibilisent ou mettent des exigences sur le minimum de gestes responsables devant être posés. Plus simplement, ce sont des personnes clées dans des organisations qui disent : c’est assez, on ne peut plus faire n’importe quoi.

Quelles sont les mesures de base?

La base, c’est d’avoir du recyclage sur place, car le public, c’est ce qu’il voit. C’est un incontournable. Sinon, le transport a une grande empreinte, c’est un élément sur lequel il faut agir. Une autre mesure, qui ne coûte rien, c’est d’offrir de la nourriture végétarienne. Dans le cadre d’un événement avec plusieurs personnes, lorsqu’on fait le choix d’offrir une grosse pièce de viande contrairement à une lasagne végétarienne, au niveau de l’empreinte environnementale, il y a une grosse différence. Une autre mesure que je trouve inévitable est d’offrir du café équitable. Finalement, on essaye d’éviter les bouteilles d’eau. Si l’on fait un événement écoresponsable et qu’on offre des bouteilles d’eau à usage unique, ça ne passe pas!

Astuces écologiques

  • Mettre des bacs à recyclage bien en évidence et recycler tout ce qui peut l’être.
  • Servir de l’eau dans de belles carafes d’eau aromatisée avec des herbes ou des fruits. En plus d’être beau, cela permet d’éviter les bouteilles d’eau en plastique.
  • Proposer des grands formats de jus, de boissons gazeuses ou de lait que les invités pourront se servir dans des verres.
  • Utiliser de la véritable vaisselle, qu’on lave après l’événement. Pour des gros événements, avec un budget plus important, on peut se tourner vers la location de vaisselle.
  • Si l’on est mal pris, on peut se tourner vers la vaisselle de plastique qu’on mettra au recyclage en s’étant assuré qu’elle ne soit pas en plastique numéro 6. Il faut particulièrement éviter la styromousse, mais aussi la vaisselle compostable.
  • Privilégier un buffet de style cocktail dînatoire, au lieu d’un repas à l’assiette.
  • Éviter les jouets lumineux alimentés par des piles.
  • Acheter des décorations unisexes et réutilisables.
  • Choisir des produits locaux et des vins québécois.

Pour plus de détails : www.evenementecoresponsable.com

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous avez aimé cet article?

Abonnez-vous à notre infolettre et restez informé des dernières publications ajoutées.