La sexualité sans flafla…

Oh boy! Oh boy! Tout un sujet ce mois-ci… Moi qui habituellement a le volubile pas mal facile, j’avoue le propos pas mal trop intimiste pour y mettre mes tripes en édito. La sexualité… sujet banal vous me direz, mais la sexualité en temps difficiles… voilà un sujet qui n’est pas nécessairement souvent discuté. Dans le monde hyper sexualisé dans lequel on vit, un monde où est véhiculé que la performance prime, j’avoue que je ne dois pas être la seule à me sentir perplexe face à tout cela… Du moins je l’espère!

Je n’ai jamais collectionné les conquêtes, ni multiplié les relations… au contraire, j’ai toujours recherché à développer des relations… Mais je dois avouer avoir rencontré quelques défis côté sexe!!!!! Étant une femme de tête, je me suis régulièrement butée à des hommes qui s’accommodaient trop bien de mon petit côté taking charge, mais mautadine… ce n’est pas parce qu’on mène notre barque dans la vie qu’on n’a pas envie d’un homme qui prend les devants, qui donne, qui s’assume… et nous prend « en chasse ». Messieurs, nous, les femmes, visons l’équilibre… pas la prise en charge complète d’un bord ou de l’autre. Je comprends qu’historiquement, nous avons été fort probablement plus passives, mais faut pas tomber dans l’extrême de l’autre côté! À chacun son tour de prendre les devants. 🙂 Se faire séduire allume cette flamme qui n’est jamais vraiment éteinte (oui, oui… vous n’êtes pas les seuls à avoir des pensées coquines durant le jour) et qui n’attend que le soufflet pour brûler d’un plus grand feu, d’une plus grande intensité… Les regards doux et les caresses tendres sont tout aussi agréables que les mains baladeuses plus « assumées », tout comme les allusions directes! Les gars, on est capable d’en prendre et on n’a pas toujours envie de préliminaires élaborées. LOL.

Mais il y a aussi ces moments où rien ne va plus… ces moments où on a la libido à zéro, qu’on est fatiguée, stressée, repliée et seule avec nous-même, en étant pleinement consciente de notre panne de désir et de son effet sur vous. Une panne insidieuse qui n’a souvent rien à voir avec vous, une panne qui prend naissance en NOUS!!! Cette panne qui peut parfois, si elle perdure, créer un fossé difficile à remblayer, car plus on laisse passer le temps, plus le rapprochement est difficile… Et plus l’autre s’éloigne par protection… c’est à ce moment qu’on risque de se perdre dans notre tête, et qu’on risque aussi de se convaincre que le sexe n’est pas nécessaire… FAUX! ARCHI FAUX!!!!! C’est quand on feel mal, que rien ne va plus, qu’on a besoin de se faire dire : « €!¥%! que t’es belle, pis maudit que je t’aime. Vient mon amour, laisse-moi faire, laisse-toi aller. Essaie de penser à rien, je vais t’aider à refaire surface et reprendre pieds. »

C’est à ce moment, je crois, que l’on reprend vie, que le sexe prend alors tout son sens. Qu’après toutes ses « bonnes baises » et coquineries partagées… le feu… le vrai… ce brasier, brûle la mauvaise herbe pour permettre à notre vraie nature de prendre, ou plutôt reprendre de nouveau sa place…

Marie-Andrée Prévost,
Propriétaire-éditrice

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous avez aimé cet article?

Abonnez-vous à notre infolettre et restez informé des dernières publications ajoutées.