Destination Danube

Chaque mois, on découvre une destination à travers les adeptes du voyage. Ce mois-ci, Diane et Gilles, nous parlent de leur croisière sur le Danube

Fiche des voyageurs

Noms : Diane et Gilles Gauthier
Âge : Retraités
Ville : Vaudreuil-Dorion
Nombre de pays visités : Plus de 50

Question de la curieuse :
Quel est le pire moment de votre voyage?

Comme à chaque voyage, à l’arrivée au pays, la crainte de la perte des valises, car par deux fois lors de voyages antérieurs, nous avons dû acheter de nouvelles valises. Et, en second, il y a toujours l’adaptation au décalage horaire qui, au début, est difficile. Mais, ce qui a été le plus touchant de ce voyage, malgré que nous sommes rendus au 21e siècle, est la présence de la pauvreté et des séquelles de la dernière guerre entre la Croatie et la Serbie. On sent que la population est encore très aigrie de cette guerre. Quand on constate les images, tels que des obus présents dans les murs, et les conséquences de cette guerre, on revient avec un pincement au cœur, et surtout, la crainte d’avoir à vivre une guerre.

Question de celle qui cherche sa prochaine destination :
Pourquoi vous y retourneriez?

Ayant choisi un circuit de groupe, tout est organisé, avec la présence d’un accompagnateur et surtout, tout le voyage se déroule en français. En plus, ce sont des villes avec du vécu, de l’architecture, de l’histoire, de la culture. On était heureux de revoir Munich, Vienne, (nous y étions le 11 septembre 2001) et Budapest. À Vienne, nous avons vu pour la troisième fois, et toujours avec des yeux d’enfants, un spectacle de musique classique, accompagné de danseurs viennois. Ce qui est assez exceptionnel de cette croisière, c’est qu’on voit neuf pays dans un seul voyage et on y va à notre rythme. Si on ne veut pas participer à une visite, on peut rester sur le bateau pour se reposer. Un autre gros avantage des croisières, c’est qu’on n’est pas constamment dans ses valises. Autre point impressionnant de ce voyage : les écluses. Lorsque le bateau descend dans l’écluse, c’est de constater la proximité de ce dernier et des murs; tu étires le bras et tu peux toucher le mur. Wow!

Question de la planificatrice :
Combien ça coûte, la chambre, les repas et tout le reste?

Notre voyage, la croisière sur le Danube (juin 2016), nous a coûté environ 17 000 $, comprenant vraiment tout : les avions, les autobus locaux, les repas, les excursions avec guides, l’alcool, les cadeaux, les souvenirs… Sur le bateau, notre chambre était au pont supérieur (3e étage), bien entendu les chambres situées aux étages inférieurs sont moins onéreuses. Le choix d’une chambre située au troisième étage permet une meilleure vue des paysages, plus d’espace dans la chambre avec la présence d’une fenêtre panoramique. Autre point important, on n’entend pas le bruit des moteurs. C’est plus tranquille et agréable.

Question de l’accro du shopping :
Quel est votre meilleur achat et celui que vous regrettez?

Depuis le nombre d’années qu’on voyage, et le fait que nous sommes limités par le poids des valises, nous essayons de rapporter des peintures ou des lithographies sur toile. La dernière que nous avons rapportée c’est de Bradislava. Dans notre salle à manger, nous avons un mur rempli de souvenirs, que nous avons le plaisir de regarder quotidiennement. Un autre souvenir, au retour de chaque voyage, je (Diane) prends le temps de faire un album de style scrapbooking. Ce dernier représente le détail des journées du voyage accompagnées de photos, ce qui me permet d’apprécier et de vivre à nouveau notre voyage.

Question de l’épicurienne :
Qu’avez vous mangé et bu d’exceptionnel?

La majorité du temps, on mangeait sur le bateau. La nourriture et le service étaient exceptionnels. Le matin, c’est un brunch, le midi et le soir, service à la carte, tu as toujours deux ou trois choix pour le plat principal. À Munich, ce qu’il y a de particulier c’est la choucroute accompagnée de la fameuse saucisse, sans oublier la bière, qui coule à profusion. Lors de notre arrêt dans cette ville, nous avons eu l’opportunité d’assister à la parade des diverses brasseries qui sont représentées par des tonneaux tirés par des chevaux décorés de diverses couleurs selon la marque de bière. À Budapest, si vous avez une dent sucrée, il faut absolument faire un arrêt au café Gerbeaud, pour manger et acheter du chocolat.

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous avez aimé cet article?

Abonnez-vous à notre infolettre et restez informé des dernières publications ajoutées.