Destination Népal

Chaque mois, on découvre une destination à travers les adeptes du voyage. Ce mois-ci, Carole et Gaëtan, nous parle de leur voyage au camp de base du Mont Éverest au Népal.

Fiche des voyageurs

Noms : Carole et Gaëtan Martin
Âge : 52 et 55 ans
Ville : Saint-Lazare
Nombre de pays visités : 11

Question de la curieuse :
Quel est le pire moment de votre voyage?

Carole : Le pire moment a été la dernière journée de trek alors que nous descendions la montagne vers Lukla. Nous avons marché toute la journée sous une pluie diluvienne, et nous glissions dans la boue à plusieurs occasions pour nous rendre à destination, ce qui était quelquefois hasardeux.

Gaëtan : C’est plutôt la journée de l’atteinte du camp de base de l’Everest, alors que les deux heures de retour pour se rendre à notre lodge ont été difficiles étant donné ma bronchite, combinée au manque d’air dû à l’altitude (50 % seulement versus le niveau de la mer), ce qui a provoqué un état d’épuisement extrême en arrivant à destination.

Question de celle qui cherche sa prochaine destination :
Pourquoi vous y retourneriez?

Il y a tellement de raisons pour y retourner! D’ailleurs, deux ans plus tard, nous sommes allés au camp de base de l’Annapurna au Népal. Pourquoi? D’abord, pour le sentiment d’accomplissement immense que nous ressentons toujours aujourd’hui avec émotion.

Mais aussi pour le peuple népalais que nous avons rencontré en traversant les nombreux villages pour se rendre au camp de base alors que tous se contentent avec joie de leur vie quotidienne. Un simple bonbon ou un collant donné aux enfants les comble de joie. Nous avons aussi adoré être avec les autres trekkeurs internationaux que nous avons rencontrés en chemin et avec qui nous sommes devenus amis. D’ailleurs, en février dernier, nous sommes allés aux noces d’un couple en Tasmanie (Australie), rencontré lors de notre voyage au Népal. Finalement, pour les panoramas exceptionnels que les Himalayas, la chaîne de montagnes la plus haute au monde, nous permettent d’observer et de contempler, ainsi que les drapeaux de prières et les monuments religieux.

Question de la planificatrice :
Combien ça coûte, la chambre, les repas et tout le reste?

Pour ce voyage, fidèles à notre habitude, nous avons fait nos recherches nous-mêmes sur Internet. Atteindre le camp de base du mont Everest en trekking représentait un rêve de toujours. Nous avons trouvé plusieurs compagnies locales du Népal offrant des treks tout inclus pour se rendre à destination. Rapport qualité – prix en lisant les commentaires de voyageurs sur Internet, nous avons arrêté notre choix sur la compagnie Advanced Adventures, pour 1250 $ canadiens par personne, pour 17 jours de voyage, incluant le
logement, tous les repas, le transport intérieur de Katmandou à Lukla, aller-retour par avion, 1 guide (obligatoire) et 1 porteur. Les boissons alcoolisées et les pourboires aux guide et porteur étaient en sus. Pour fin de comparaison, les prix pour voyager avec une compagnie du Canada étaient environ quatre fois plus élevés. Pour les billets d’avion, nous avons fait les recherches via Internet, et avec le moteur de recherche Vayama, nous avons pu trouver des billets d’avion pour 1500 $ canadiens chacun.

Question de l’accro du shopping :
Quel est votre meilleur achat et celui que vous regrettez?

Un voyage au Népal n’a certainement pas l’objectif de faire du shopping. Toutefois il est possible de faire des achats à Katmandou pour des vêtements fabriqués dans ce pays. Les tuques du Népal sont définitivement une caractéristique du pays. Les cloches que portent au cou les animaux transportant les marchandises, tels que les yaks que l’on retrouve seulement très haut en montagne ou les ânes et les chevaux, représentent aussi un beau souvenir à se procurer.

Question de l’épicurienne :
Qu’avez vous mangé et bu d’exceptionnel?

Notre priorité pour ce voyage n’était pas la gastronomie. Toutefois, dès notre arrivée à notre hôtel à Katmandou, nous avons pu déguster une bière locale, Everest, en gros format, quel délice! Les momos au Népal, frits ou vapeur, c’est aussi une particularité à apprécier. Mais attention, lors la montée, il faut réduire l’alcool, car l’air se raréfie et il vaut mieux ne pas manger de viande sur la montagne, car tout est transporté à pied à la température ambiante par des porteurs… En redescendant, on peut se gâter et prendre de la bière et du vin, et même vider les petits bars de lodges.

No Comments Yet

Comments are closed