Londres en quatre, Paris en cinq! (la suite)

Des amis globe-trotters nous avaient fortement conseillé d’explorer les quartiers branchés et vibrants de Londres. Connaissant mes goûts en matière d’art et me sachant toujours à la recherche de nouveauté, je souhaitais me retrouver au cœur de ces quartiers qui décapent et surprennent pour sentir les mouvements artistiques, découvrir les artistes émergents- ceux qui dérangent et déstabilisent. Vivre les bas-fonds et le côté « trash » de ce quartier : Shoreditch.

Une visite à Brick Lane Market et dans les ruelles environnantes me permet de m’immiscer dans le vrai London. Une fois de plus, nous sommes immergés dans un monde excentrique où les objets vintage et les friperies abondent dans tous les sens. Pendant que j’entreprends d’examiner un vieux perfecto de cuir, ma belle-mère me dit à l’oreille : « Avoir su que le monde s’habillait tout croche de même, j’aurais apporté juste mes vieilles affaires « lettes »! » Je ris aux éclats et je lui dis que je l’aime de même!

Je m’aperçois que tout le monde a dans les bras un bouquet de fleurs fraîchement coupées : tulipes, pivoines, orchidées… Soudain, ça ne m’en prend pas plus pour découvrir le pot aux roses. Nous voici au paradis : le Colombia Road Flower Market, qui se tient uniquement le dimanche. Après une telle journée haute en couleur, l’heure de l’apéro a sonné. Il est 15 h, je suis à Londres dans un marché de fleurs coupées à East London; je suis heureuse et je sirote mon Aperol Spritz.

Le tour de la ville en autobus rouge Big Bus est, à mon avis, une façon intelligente et accélérée de voir Londres et ses principaux attraits. Avec la latitude de pouvoir, monter et descendre à sa guise. Le soleil brille, le temps est doux. Aujourd’hui, j’ai envie de voir Londres et ses classiques. Du haut de l’autobus, je contemple avec intérêt tous ces majestueux monuments. Je porte attention au guide qui décrit les grandes artères et leurs attractions avec son accent Bristish : Wellington Arch, Oxford Street, Soho, Piccadilly Circus, l’abbaye de Westminster, le Parlement, Big Ben… Au loin, je vois cette roue immense à South Bank, London Eye. J’ai le goût de m’y rendre à pied en traversant le Westminster Bridge et de voir de plus près la Tamise…

Après notre copieux repas anglo-mexicain dans South Bank, je suggère de regagner l’autre rive par le Millennium Bridge. Ce pont nous guide ensuite vers le sentier de Birdcage Walk, qui mène au palais de Buckingham. Sur le sentier sinueux et féérique qui longe le lac St James, les canards huppés et les cygnes royaux se faufilent à travers notre chemin. Avec enthousiasme, je révèle à Hélène un secret royal méconnu du grand public : le dernier amour de la princesse Diana avec son beau médecin pakistanais Hasnat Khan. Elle ne me croit pas. Je la réfère au Vanity Fair édition de septembre pour obtenir la vérité. Une discussion de filles dans un parc royal, que je me dis.

Après notre recueillement devant le palais de Lady Di, nous reprenons notre Big Bus à destination de notre cozy appartement de Notting Hill. Quoiqu’épuisé, François insiste pour faire un arrêt chez Harrods dans Belgravia, un incontournable selon lui.

Nous voici au royaume du luxe à son meilleur. Je suis renversée par tant de richesse… 5 étages d’opulence. À l’entrée du célèbre magasin à rayons, c’est le bar à caviar qui donne le ton de la visite. François s’approprie le 1er étage, paradis des foodies. En long et en large, il arpente chaque section, cherchant le produit vedette. Il se permet même de les comparer avec ceux de son Plateau! Hélène, moins préoccupée, achète sur-le-champ un petit pot de marmelade « made by Harrods » pour un ami. Pour ma part j’aligne le 5e étage suivi par Hélène, qui s’engloutit avec moi dans le luxueux ascenseur.

« Shoe Heaven » indique-t-on à la sortie de l’ascenseur. Vingt secondes plus tard, nous sommes déjà parties l’une et l’autre à contresens. Les Manolo et les Gucci sont à croquer, mais à 12 000 pounds, c’est le prix de mon année hypothécaire! J’opte pour le 4e étage. Avec un peu de chance, je tomberai peut-être sur l’étage de mes rêves…

Bingo! On aurait dû lire à la sortie de l’ascenseur : « Bibi’s Heaven ». Me voici à l’étage du Home & Design, entourée de tous mes designers de meubles et de tissus préférés : Tom Dixon, Kelly Wearstler, Timorous Beasties… Je pleure de joie et d’admiration sous un lustre de Tom et m’assoies sur une chaise de Kelly. Ça y est, je peux revenir à Saint-Zotique; je suis comblée! Merci, Harrods. Merci, François.

Nous privilégions le quartier Soho pour notre dernière journée à Londres. J’avoue avoir beaucoup insisté (comme une designer peut le faire) pour faire un saut au Sketch sur Conduit Street.

Le Sketch est un endroit pour prendre le afternoon tea, mais avant tout un concept design façon très French et qui me fascine. Des banquettes en velours rose qui ressemblent à des doigts de dames bien ancrées dans un plancher à carreaux de marbre, le tout entouré par des murs rose bonbon de 239 Sketch faits au Sharpie par l’artiste David Shrigley. Des cages à oiseaux suspendues, des tonnes de fleurs, le tout accentué de gold. Tout pour me plaire!

En face, toujours sur Conduit Street, Dsquared2 et Vivienne Westwood, mes designers préférés! Étourdie par tant de bonheur, j’use de stratégie pour y entrer et y passer le plus de temps possible. Boum! John Varvatos est juste devant, sur la même rue. Je sais que François va y entrer et essayer 4 chemises, ou 5 ou 6… J’en profite pour me pâmer devant les vestons rubans-boutons-paillettes de Dsquared toujours en compagnie d’Hélène, qui me regarde d’un air suspect et surtout amusé!

Nous avons choisi pour notre dernier souper à Londres un endroit inusité et complimenté par nos bons amis trendy, Julie et Dev : le Park chinois dans Mayfair. Pour l’occasion, j’opte pour une robe stylée Sakura faite de satin noir et ornée de cherry blossom. Et surprise! Je découvre les seuls high heel que j’ai pu mettre dans ma valise.

Dès notre arrivée, un portier nous fait découvrir l’ampleur des lieux. Un décor avec des drapés de velours rouge est garni d’une luxueuse passementerie, enjolivée par de délicates chinoiseries. Au centre, une sublime diva roucoule les grands classiques entourée de ses musiciens. L’endroit est magique. Nous nous laissons emporter par l’ambiance feutrée et succombons à la tentation de déguster la variété impressionnante de Dim sum et le Duck de Chine, spécialité de la maison.

À mon réveil, je suis un peu nostalgique puisque c’est la journée de notre départ. François est déjà parti faire son jogging matinal dans les parcs environnants. J’en fais de même. J’enfile mon legging le moins « flyé » (le plus sobre finalement) pour ne pas détonner dans le parc royal où je vais faire quelques enjambées.

Kensington Gardens s’avère le parc parfait pour faire mes adieux. Aux portes de ce vert espace, j’entre et je m’engage droit devant vers Kensington Palace, là où résident Kate, William et leur petite famille.

Plus souvent arrêtée qu’essoufflée, je ne peux pas m’empêcher de faire du people watching! Je regarde une dame au grand chapeau et aux gants assortis. Elle traverse le champ vert, tenant en laisse ses trois épagneuls. Une scène typique de Londres, que je me dis. J’ai le goût de lui suggérer une cornemuse pour compléter son kit de lady.

Le temps file et je prends les dernières minutes de mon moment solitaire pour verser quelques larmes de joie, qui se mêlent à la nostalgie de quitter cette ville surprenante et que j’aime déjà profondément. À bout de course, je trouve une place assise près du bassin rempli de koïs du Italian Gardens et de ses fontaines jaillissantes. Sous les chauds rayons du soleil, les fleurs embaument l’air et les jardins anglais parfaitement entretenus s’étendent à perte de vue. J’admire une dernière fois ce paysage luxuriant et je me promets d’y revenir. Je suis en amour avec Londres, je m’y sens comme une queen.

Farewell, London! Bonjour, Paris!

Bianca La Rochelle

Je suis Bianca La Rochelle, designer intérieur éclectique et styliste. Je suis une artiste fashionista au style coloré, parfois boho-chic. Je me passionne pour les chaises et je suis amoureuse d’un homme merveilleux. Mais avant tout, je suis la maman d’un petit garçon de 8 ans plein de vie, Romy-Jacques. Je vis à 100 miles à l’heure dans ma Mini entre mon beach house à Saint-Zotique et le Plateau-Mont-Royal, sans parler de mes nombreuses escapades à la découverte des villes et des endroits les plus trendy au monde.

Suivez-moi
Bianca La Rochelle designer
www.biancalarochelle.com

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous avez aimé cet article?

Abonnez-vous à notre infolettre et restez informé des dernières publications ajoutées.